01 80 91 46 40 ou ligne secondaire : 01 71 24 52 08 accueil@diogene-asso.org

Aujourd’hui, le syndrome de Diogène n’est pas reconnu par la médecine comme une pathologie. En effet, il a été décrit comme un trouble du comportement en 1975 par Allison N. Clark, une gériatre américaine. En se basant sur l’étymologie du mot, un syndrome est une conjonction ou une réunion d’éléments distincts. Il peut donc se définir comme un ensemble de symptômes d’une maladie qui permet de poser un diagnostic, ou alors comme un ensemble de circonstances cliniques non pathologiques.

Ainsi, la définition du syndrome amène les professionnels de santé à être en désaccord sur celui de Diogène. Pour certains, il s’agit d’une pathologie, alors que pour d’autres ces symptômes sont un choix de vie comme pour Diogène de Sinope au IVème siècle avant J.-C.. C’est notamment le cas du Docteur Jean-Claude Montfort, un médecin neuro-psycho-gériatre, qui décrit ce syndrome comme correspondant à des comportements qui vont à l’encontre des normes sociales. En effet, les personnes touchées n’ont pas tous les mêmes symptômes. Le syndrome de Diogène regroupe énormément de comportements différents et chaque cas ne présente pas les mêmes associations de symptômes.

Pour ce spécialiste, il ne s’agit pas de soigner les personnes atteintes par ce syndrome car cela signifierait une possibilité de guérison. Selon lui, nous avons tous plus ou moins de comportements pouvant entrer dans les symptômes décrits par le syndrome de Diogène. Ainsi, il ne faut pas soigner médicalement ces personnes, il faut les accompagner. Cet accompagnement devrait donc être familial, amical et social, d’après le Docteur Montfort, il faut une aide humaine et non des soins médicaux.

Cependant, il fait la différence entre les personnes ayant seulement un syndrome de Diogène et celles qui ont une ou plusieurs pathologie(s) mentale(s) associée(s). En effet, dans ces cas de figure, il est nécessaire d’être pris en charge par des praticiens compétents. Il existe des solutions pour minimiser l’impact de ces troubles dans la vie des personnes qui en sont atteintes.

Ainsi, la reconnaissance du syndrome de Diogène par la médecine est en débat. La vision de ce trouble n’est pas la même chez tous les professionnels de santé. Tant qu’il n’est pas considéré comme une pathologie, la prise en soin peut être compliquée pour ceux qui en souffrent. En effet, beaucoup de médecins ne connaissent pas ce trouble du comportement et ne savent pas quelles solutions mettre en place pour aider ces patients.

Pour conclure, il est donc important de se tourner vers des professionnels du syndrome qui peuvent véritablement accompagner et adapter leurs méthodes aux personnes qui en sont atteintes.